Les talents, en avant-plan.

Chroniques

Coordonnatrice Talent & Culture
PARTAGER
Les talents, c'est important. L'ambiance collaborative, la motivation collective et l'esprit d'équipe sont trois piliers de la culture Recursyvienne. C'est aussi cette culture qui attire les talents, et qui les retient. Apprenez-en plus sur les raisons qui les ont poussés à postuler au sein de l'entreprise Recursyve... Et à ne plus la quitter.

Q1 : Pourquoi as-tu postulé chez Recursyve au départ?

Jean-Thomas: Au départ j’ai rejoint Recursyve grâce à mon stage. J’avais Recursyve comme premier choix pour les stages principalement à cause des technologies utilisées, qui sont d’actualité, contrairement à beaucoup d’autres entreprises de la région qui utilisent encore des technologies désuètes.

Amélie: Je connaissais Recursyve depuis pas mal ses débuts, par le biais d’un ancien collègue et ami universitaire, Alex Marchand (co-fondateur). Je lui avais déjà mentionné que j’avais un intérêt envers le marketing, le design et l’entrepreneuriat. La description qu’Alex me donnait de la culture de Recursyve fittait parfaitement avec moi. L’ambiance avait l’air plus que dynamique, ça me rappelait mes années d’implication universitaires. Les objectifs de croissance de l’équipe me semblaient aussi très motivants et similaires à mes ambitions.

Samuel: Je n'ai en fait jamais postulé chez Recursyve. J’ai commencé mes stages chez Devolutions et quelques semaines après, la pandémie a frappé. Mon stage a donc été annulé et les professeurs ont re manipulé leurs options. Ils m’ont ensuite proposé d’aller chez Recursyve comme c’était proche. Brandon et Julien étaient venus présenter leur entreprise au Cégep où j’étudiais et j’avais vraiment apprécié la vibe qu’ils dégageaient. J’ai fait une visite sur leur site web avant d’accepter l’offre de mon professeur. J’y voyais une équipe dynamique et de mon âge. De plus, il y avait des présentations des projets réalisés par l’entreprise sur leur site et quand je me disais que je pourrais être un des développeurs sur un projet aussi intéressant, j'ai tout de suite eu envie de faire partie de l’équipe.

Jean-Thomas en réunion client

Q2 : Les différences entre tes attentes et la réalité?

Jean-Thomas: Lorsque j’ai rejoint Recursyve je ne m’attendais pas a en apprendre autant sur les technologies actuelles, comme Angular, Nodejs, Flutter, Jira & Github. J’ai aussi été agréablement surpris par la culture de l’entreprise.

Amélie: Alex m’avait peu parlé de chaque membre de l’équipe, je ne savais donc pas que l’ensemble était assez jeune et sortait de l’université. Recursyve me semblait déjà très solide malgré son jeune « âge », et l’équipe m’a encore plus impressionnée côté compétences et structure. Je ne savais pas non plus que côté stratégie marketing, j’aurais presque carte blanche, qu’on allait le construire ensemble. Ça a été un méchant beau défi. Défi, parce que je ne m’y attendais pas, et que ça amène plus de stress et de pression que je ne le pensais. « Méchant beau » défi, c’est que ça m’a permis d’énormément évoluer comme personne et comme collègue. Bien entourée, l’équipe de Recursyve m’a soutenue et m’a challengée depuis le début. Ça non plus, je ne m’en attendais pas, et j’adore ça!

Samuel: Suite à mes cours, je me sentais prêt à affronter le monde du travail. Je ne l'étais pas vraiment. C’est une très haute marche à franchir, mais avec l’encadrement offert chez Recursyve la montée de cette étape a été graduelle et enrichissante. Je n’avais pas vraiment d’idées sur comment ce processus prendrait forme. Je m'attendais à un travail avec un horaire fixe, un apprentissage plus ou moins autodidacte et à un processus de création fixe. C’est tout le contraire. Je fais mon propre horaire, l’entraide est forte dans l’entreprise et même favorisée et nous avons la flexibilité de créer dans un environnement très ouvert. Bien évidemment il ne faut pas sauter des étapes, mais où il y a de la flexibilité, elle nous est laissée. De plus, je m’attendais à une équipe dynamique, ambitieuse et remplie d’énergie, pour cela je n’ai pas été déçu.

Amélie en télétravail

Q3 : Qu’est-ce qui te convainc de rester encore aujourd’hui?

Jean-Thomas: J’aime beaucoup la culture de l’entreprise et les différentes activités, comme les 5@7. J’aime aussi les horaires flexibles, qui me permettent de commencer à travailler à l’heure qui me convient.

Amélie: Des challenges, il y en a encore chaque semaine. Mais je sens que l’équipe me fait confiance, me donne ma chance et essaie mes nouvelles idées « flyées » même si quelques fois, ils ne sont pas convaincus. (Rires) Mais la culture de l’équipe, alimentée par les évènements sociaux et culturels et ce même pendant le confinement (en ligne), elle est spéciale et précieuse. Je me voyais mal dans une entreprise traditionnelle, avec des tâches routinières et prévisibles. Recursyve me permet de faire du développement de ma personne, et aussi ma carrière. Ils m’offrent un poste décisionnel qui demande d’user de mon leadership, mon autonomie et ma créativité. Ils sont toujours ouverts à mes projets colorés, et ils me permettent d’adapter mon poste à mes aptitudes … Pas l’inverse. Et côté challenges… Je suis servie!

Samuel: Au risque de me répéter, je reste ici pour l'équipe, leur ambition et pour l’énergie créée. Je sais qu’avec cette ambition et cette énergie, des opportunités seront générées. J’ai envie d’évoluer au travers de l’histoire de Recursyve et saisir ces opportunités. Je me sens à ma place et je suis très satisfait de mon évolution en tant que développeur.

Samuel, Julien et Brandon en session de brainstorming

PARTAGER